La gestion responsable

  • 1
  • 22 septembre 2016

Le compostage

Le compost résulte de la décomposition d’un mélange de déchets verts et bruns provenant du jardin et de la maison. Il est ajouté en surface pour améliorer et enrichir la terre de votre jardin en micro-organismes, en minéraux et en humus. Contrairement au terreau, le compost est plus un amendement et un fertilisant qu’un support de culture, qui permet de redynamiser la vie et la biodiversité au jardin en corrigeant les déséquilibres du sol.

L’aération du compost est un élément essentiel de la réussite. Dans une décomposition sans oxygène, les ingrédients se putréfient, l’odeur est désagréable, le compost est de mauvaise qualité.

Le brassage des ingrédients au moment de leur incorporation dans le compost permet cette aération.

Les matières végétales carbonées (paille, brindilles, feuilles mortes…), qui sont par nature peu humides, relativement rigides et de décomposition lente sont utiles et structurantes pour éviter le tassement et maintenir une bonne aération.

Pour toute question vous pouvez demander au gardien de la résidence.

compost terre

Le dépôt des déchets

Quest-ce quun déchet vert ?

Un déchet vert est riche en azote, en eau et fermente spontanément :

  • Marcs et filtres à café
  • Fruits et légumes abîmés
  • Mauvaises herbes non grainées
  • Légumes cuits
  • Céréales
  • Champignons
  • Résidus de plantes d’intérieur

Pour un meilleur compost :

Pensez à découper en petits morceaux vos déchets de cuisine pour une meilleure décomposition. Ne jetez pas de sacs biodégradables dans le composteur.

Important :

Pour que le processus de compostage fonctionne, il faut veiller à garder un équilibre entre déchets bruns et déchets verts de 50/50.

legumes et épluchure sur planche à découper

Les déchets bruns

Quest-ce quun déchet brun ?

Un déchet brun est riche en carbone, plus secs et favorise une structure aérée.

  • Marcs et filtres à café
  • Thé et sachets
  • Feuilles mortes
  • Essuie-tout
  • Serviettes en papier
  • Journaux non glacés
  • Cartons d’emballages non glacés
  • Fleurs fanées
  • Mouchoirs en papier
  • Taille de haies broyées
  • Tonte
  • Brindilles
  • Copeaux/sciure de bois non traité, sans colle
  • Bois/branches broyés (Bois Raméal Fragmenté, dit BRF)

Pour un meilleur compost :

Ne pas mettre d’aiguilles de pin

Important :

Pour que le processus de compostage fonctionne, il faut veiller à garder un équilibre entre déchets bruns et déchets verts de 50/50.

dechets bruns

La digestion

Le compostage est un processus de fermentation naturelle en présence d’oxygène sans mauvaises odeurs. La transformation en cours dans le bac « Stop, je digère, ne plus rien déposer » est assurée par plusieurs acteurs :

  • Des bactéries anaérobies actives entre 5°C et 60°C. Ce sont les premières à entrer en action et leur multiplication est très rapide.
  • Des champignons. Ils sont actifs entre 0°C et 35°C. Ils sont à l’origine de la création de l’humus.
  • Toute une microfaune qui entrera en action après la phase de montée en température effectuée : des vers de fumier (eisenia), des acariens, des collemboles, les scolopendres, des cloportes et des larves de cétoine…

vers de terre

L’eau

L’eau de pluie est une ressource gratuite et naturelle. Elle tombe en quantité : 1m2 de toiture permet de recueillir annuellement 500 à 600 litres d’eau. Elle peut répondre sans problème aux besoins courants hors alimentaire. Un tiers de l’eau potable est utilisée à des fins domestiques (chasse d’eau, arrosage, lavage de voitures ou de sols, etc.) qui ne nécessitent pourtant pas une eau potable de qualité alimentaire.

Récupérer et stocker l’eau de pluie pour l’arrosage apparaît donc comme une solution intelligente d’un point de vue économique mais également dans un souci de préservation des nappes phréatiques. Il n’est pas rare en effet qu’en période de fortes chaleurs, des arrêtés soient pris pour restreindre l’utilisation de l’eau. La récupération d’eau de pluie permet une autonomie en cas de restriction ou coupure.

L’eau de pluie, ne génère pas de dépôt calcaire car elle est plus douce que celle du robinet. Elle ne contient ni chlore, ni nitrates, ni trace de pesticides ou de pcb et est donc adaptée à l’arrosage des jardins et potagers.

La chaleur

La source en calories qui sert à chauffer l’Écoquartier provient de la chaleur de l’eau issue du processus de production de pétrole au travers des puits producteurs des Arbousiers (commune de La teste de Buch) et des Pins (commune d’Arcachon) qui se trouvent entre 2000 et 3000 mètres de profondeur. Le gisement des Arbousiers a été découvert en 1991. La société Vermilion exploite cette concession depuis 2008. Vermilion est le premier producteur de pétrole en France et produit près de 1% de la consommation nationale en pétrole.

Dans le même état d’esprit et aussi dans des Landes, les 15 hectares de serres horticoles Tom d’Aqui produisent des tomates en étant chauffées de la même manière, en utilisant la chaleur de l’eau de production de Vermilion, économisant ainsi 15 000 tonnes de CO2 par an.

L’entreprise étudie d’autres projets similaires sur l’ensemble des territoires qui accueillent ses activités, en phase avec ses valeurs et sa volonté de contribuer activement au développement durable des régions qui l’accueillent.

petrole vermilion

Habitat des insectes

Arbres en décomposition

Il faut voir un arbre en décomposition comme un « HLM de biodiversité » ! Encore debout, il est déjà attaqué par les coléoptères, allant du grand capricorne, jusqu’aux minuscules « ips typographe» ; dont les galeries forment des motifs arborescents sous l’écorce. Le tronc en décomposition crée un terreau aérien qui abrite les larves du lucane ou des cétoines. Elles seront les proies du pic épeiche qui les délogera avec son bec puissant. Il y creusera aussi son nid (une « loge »), qui, une fois abandonnée, abritera d’autres oiseaux (sittelles, mésanges…) ou mammifères (loirs, chauve-souris, …). L’arbre affaibli est rapidement envahi par des champignons comme les « polypores », dont l’amadouvier (champignon dont on tire l’amadou). Une fois tombé, il servira d’habitat à d’innombrables nouveaux champignons, invertébrés et autre micro-organismes qui achèveront sa transformation en terreau, enrichissant alors le sol de la forêt. La conservation d’arbres en décomposition sur l’Écoquartier est l’une de clefs du maintien de la biodiversité du site.

dessin habitat des insectes

 

Photos : Ville de La Teste de Buch – Shutterstock – Vermilion

Leave a Reply